Accéder au contenu principal

GPEC - Fidélisation des collaborateurs

Alors que le marché de l’emploi semble repartir, fidéliser ses salariés est devenu un enjeu stratégique. En effet, un taux de turn-over de plus de 10% traduit généralement une détérioration des conditions de travail. Le coût élevé d’un recrutement et de l’intégration d’un salarié entraîne, de la part des DRH, une volonté de garder ses employés.
Mais quels moyens les entreprises mettent-elles en œuvre pour fidéliser leurs collaborateurs ? Ces moyens correspondent-ils aux attentes des salariés ?
Robert Half Finance & Comptabilité a interrogé 3 052 DRH et Directeurs Financiers dans 13 pays.

Les réponses actuelles des entreprises pour fidéliser

Du point de vue des entreprises, la fidélisation passe d’abord par :
  • Des horaires flexibles (34 %) : pratique particulièrement forte en Suisse (47%), Autriche (44%), Irlande (43%) ainsi qu’en Allemagne et au Luxembourg (42%)
  • Plus de formations (26 %) : notamment au Luxembourg (37%), en Allemagne et en Autriche (31%) et en Suisse (30%)
  • Des programmes de gestion de carrière renforcés (20 %) : surtout en Espagne (26%)
Les trois outils les moins proposés par les entreprises : l’augmentation des bonus et des congés supplémentaires (11%), l’augmentation de salaire et la possibilité de travailler de chez soi (15%), et l’implication des salariés dans les décisions (16%).

Pour les salariés, la fidélisation de leurs compétences se joue surtout sur :
  • L’augmentation de salaire (49 %) : en particulier en France (63%), en Italie et Espagne (58%), puis les Pays-Bas (43%) et la Belgique (42%)
  • Un programme clair d’évolution de carrière (27 %) et la flexibilité des horaires (27 % aussi)
  • La possibilité de télétravail et plus d’avantages en nature (24% ex-æquo)
A l’opposé, les 3 derniers souhaits : l’implication dans les décisions de la société (19%), des congés supplémentaires (18%) et des actions de team building (13%).

Réalités de la fidélisation



En France
Toutes réponses confondues
Outils de motivation/fidélisation
Mis en place par les entreprises
Souhaités par les salariés
Mis en place par les entreprises
Souhaités par les salariés
Flexibilité des horaires
29%
20%
34%
27%
Formations supplémentaires
22%
14%
26%
23%
Programme clair d’évolution de carrière
19%
28%
20%
27%
Augmentation de salaire
18%
63%
15%
49%
Rétablissement/augmentation des bonus
14%
30%
11%
22%
Actions visant à renforcer l’esprit d’équipe (team-building)
14%
16%
19%
13%
Implication dans les décisions de la société
13%
13%
16%
19%
Congés supplémentaires
11%
16%
11%
18%
Avantages en nature supplémentaires
11%
19%
17%
24%
Possibilités de télétravail
9%
19%
15%
24%
On peut clairement voir que l’évolution de carrière est une forte motivation pour les salariés, de tous points de vue et tous pays confondus. Pour se faire cela passe bien sûr par un développement des compétences de l’employé s’il souhaite effectuer une mobilité interne au sein de son entreprise.
37 % des entreprises n'ont pas encore de politique de fidélisation des compétences
37 % des sociétés françaises déclarent avoir besoin de mettre en œuvre une politique de fidélisation des talents et 56 % affirment avoir besoin de l'approfondir, contre respectivement 24 % et 55 % en moyenne dans les autres pays.

La gestion des compétences VS Fidélisation

Les entreprises mettent en place différents outils pour fidéliser leurs salariés. Globalement, 58% d’entre elles mises sur les formations et le développement personnel, notamment en Australie (68%), au Royaume-Uni (61%) et en République Tchèque (60%). Quant aux rémunérations, 35% des sociétés les ont revues et 30% ont mis en place des avantages financiers (tickets restaurants, assurances, voiture de fonction…).

Les attentes des salariés sont davantage tournées vers une bonne gestion des carrières et de leurs compétences. Cela passe par des formations afin d’être plus productif et compétent, mais aussi par une gestion appropriée de leurs savoirs et compétences, pouvant se concrétiser sous la forme d’une mobilité interne, d’un réajustement de salaire, de privilèges ou de responsabilités, par exemple.

Certains logiciels / progiciels peuvent aider, entre autres, les DRH dans cette gestion difficile des talents.
Ces solutions RH, dont adhèrent déjà certaines entreprises (aussi bien les PME que les multinationales),
disposent de modules gérant le développement des compétences, la révision des salaires, les formations, mais
aussi le recrutement et l’intégration du salarié. Mais il ce sont des outils, la fidélisation ne peut pas se reposer
entièrement sur eux.

Petit récapitulatif :
- Soigner l’ambiance et améliorer la politique de communication ; Créer une culture d’entreprise
- Mettre en place une politique de formation et gérer les carrières ; Offrir des perspectives d’évolution
- Faire confiance aux salariés et les responsabiliser
- Les associer à des projets novateurs

Valentin Grosfillex

Sources :
http://www.myrhline.fr/actualite-rh/nouvelle-enquete-de-robert-half-la-fidelisation-des-collaborateurs.html
http://www.journaldunet.com/management/0609/0609154-fidelisation-salaries.shtml
http://www.daf.info/Fideliser-ses-salaries-quels-sont-aujourd-hui-les-moyens-mis-en-oeuvre-par-les-entreprises-selon-une-etude_a375.html
Bookmark and Share

Posts les plus consultés de ce blog

La gestion des absences et des congés en entreprise

En cette période estivale, les départs en vacances se multiplient. 43% des français sont partis ou vont partir en vacances cet été pour une durée de deux semaines.
Comment les entreprises font-elles donc face à cette période qui, dans la plupart du temps, est compliquée à organiser ?
La clé pour une bonne gestion des congés est « anticipation ».
Afin d’éviter les postes vacants durant l’été, les entreprises demandent à leurs salariés de les prévenir aux alentours d’avril, afin qu’elles puissent commencer à s’organiser. En effet, l’objectif des sociétés est de minimiser le plus possible l’impact des vacances sur les clients. C’est donc au manager et aux RH de valider ou non la demande de congés de l’employé.
Sans une gestion réfléchie et adaptée de cette période et sans « préavis » de la part des salariés, l’entreprise ne pourrait plus assurer tous les postes et devrait donc faire appel à des CDD et intérimaires, plus ou moins qualifiés mais surtout non formés par leurs homologues.

Vo…

La parité homme/femme : problématique pour les RH

La parité homme/femme et les RH

L’inégalité homme / femme au travail est un sujet qui fait fréquemment débat depuis les années 50. Un débat qui fait également le quotidien dans les services des ressources humaines, où, rappelons-le au passage, 63% des professionnels RH sont des femmes ! (lire l'article)
L’une des missions des RH est de mesurer et d’analyser la parité homme et femme dans leurs entreprises. Leurs objectifs : être en règle avec la législation, lutter contre la discrimination et assurer un bon climat. Les inégalités salariales entre les sexes reculent, mais sont toujours fortement présentes. Est-ce encore normal et justifié ?
Les entreprises sont appelées à réagir.

RH : quelles sont les actions à mener pour favoriser la parité homme/femme dans votre société ?
Sensibiliser les collaborateurs à l’égalité hommes-femmes Pour lutter contre les stéréotypes dans les entreprises et favoriser le climat social :
Communiquer : l’information est indispensable pour faire évoluer les me…