Accéder au contenu principal

Interview Sandrine Almeras - Digitaliser le processus de recrutement : un enjeu de taille pour les RH


Sandrine, pourquoi est-il nécessaire pour les entreprises de digitaliser leur processus de recrutement ?  

« On dit qu’un recrutement raté correspond pour une entreprise à perdre l’équivalent de 6 mois de salaire brut de la personne concernée.. Via un SIRH, les managers peuvent émettre des souhaits de recrutement. Ainsi, toutes les demandes de recrutement sont centralisées. En fonction du plan prévisionnel annuel de recrutement, le service des ressources humaines peut traiter et valider les demandes de recrutement. La mise en place d’un SIRH pour digitaliser ce processus facilite le dialogue entre le recruteur et la personne à l’origine de la demande : l’organisation des entretiens, la mise en place de tests, les envois des emails, le fait que tout soit au même endroit constitue un gain de temps indéniable, la gestion des échanges sur les candidatures est simplifiée. De plus la saisie de toutes les données professionnelles et personnelles des candidats dans la base permet au service RH de constituer un vivier de talents sur lequel il pourra s’appuyer pour les recrutements futurs. Attention cependant à respecter la législation sur la conservation des données des candidats. »

 Quel est l’intérêt d’opter pour une solution SIRH globale

 « Les entreprises ne mesurent pas aujourd’hui l’intérêt et les bénéfices apportés par la mise en place d’un SIRH. Très souvent elles se focalisent sur l’investissement de départ et non sur le retour sur investissement. En plus de gagner du temps et de réduire les coûts liés au recrutement, cela permet de faciliter l’intégration des collaborateurs et surtout de démarrer le processus d’intégration dès les premiers échanges avec le candidat. La gestion, le traitement, et le transfert des données administratives RH issues du dossier du nouvel embauché sont facilités. Gérer le processus de recrutement dans une solution SIRH globale permet également d’étudier les compétences à disposition dans l’entreprise afin d’abord d’envisager une mobilité interne, avant d’ouvrir le poste à pourvoir à l’externe. De plus, la capacité d’analyse et de reporting d’un SIRH est d’une aide précieuse pour les RH. »

 Selon vous, à partir de combien de recrutements par an est-il pertinent de digitaliser ce processus dans un SIRH ? 

 « Il n’y a pas de réponse exacte, tout dépend du contexte, des besoins, du budget... Le fait qu’une entreprise soit multi-sites peut justifier d’investir dans un SIRH. D’autres paramètres comme la composition du service recrutement peut entrer en compte. Dans mon ancien groupe nous recrutions environ 70 personnes par an. Pour chaque poste, on recevait environ 50 candidatures intéressantes (sans compter toutes les autres qui n’étaient pas pertinente) et on sélectionnait trois candidats pour un entretien. Je vous laisse faire le calcul mais je peux vous dire que la mise en place d’un SIRH nous a changé la vie ! ».

 Sandrine, pouvez-vous partager quelques bonnes pratiques à l’ensemble des RH qui réfléchisse à la digitalisation de leur processus de recrutement

 « Bien analyser le processus de recrutement et le réécrire afin qu’il y ait un seul point d’entrée avec un workflow cohérent et respecté. Les managers ont connaissance du plan de recrutement prévisionnel, ils ont la possibilité d’effectuer des demandes complémentaires mais leurs demandes doivent faire l’objet d’un processus de validation via différents acteurs. Cela parait logique mais c’est la base. Ensuite, il faut veiller à ce que l’ensemble des documents soient traités de manière dématérialisée. Enfin il faut réfléchir à des mots clés pour la base de données et surtout s’habituer à travailler avec ces mots clés. »

 Vous étiez auparavant Responsable RH dans un groupe international, pourquoi avoir opté pour le métier de Consultante RH ? 

 « D’une part, je prends beaucoup de plaisir à échanger et à partager mon savoir. D’autre part je sais que dans les TPE/PME on met très longtemps à mettre en place un service RH pour des raisons financières mais aussi car on considère que cela est nécessaire uniquement à partir d’une centaine de collaborateurs. Beaucoup de choses sont demandées par le législateur aux TPE/PME, à côté de cela ils n’ont pas les moyens, ni l’envie, ni le temps de s’occuper de tout cela. En revanche, les dirigeants des TPE/PME considèrent que l’humain est au cœur de leur métier. Ainsi, cela me plaît d’apporter mon expertise de RH généraliste aux dirigeants et aux managers et de les aider à mettre en place différents processus et outils opérationnels RH. Apporter ma petite pierre RH tout en étant reconnue pour mon expertise RH est mon leitmotiv au quotidien ! »

 Une anecdote à partager ? 

 « Récemment, j’ai accompagné une personne qui a eu l’opportunité de racheter la société où elle travaillait depuis 15 ans à son ancien dirigeant. Cette personne s’est retrouvée avec une équipe de 25 collaborateurs qu’elle connaissait bien puisqu’ils étaient ses anciens collègues et qu’il y avait très peu de turnover au sein de cette société. Dans un premier temps, elle voulait remettre de l’impulsion en interne en mettant en relation les compétences disponibles dans la structure avec son plan de développement commercial. Ainsi, elle souhaitait faire le point sur les compétences de chacun. Pour l’accompagner, je me suis notamment inspirée du fonctionnement de la solution SIRH d’Adequasys pour l’éclairer dans la définition et la construction des fiches de postes de chacun, via la réalisation d’entretiens et de différents ateliers d’analyse. A la suite de cet audit, on s’est rendu compte qu’il manquait un directeur technique dans l’organisation. Une vraie réussite pour cette nouvelle dirigeante car, d’une part, elle a justifié le recrutement de cette nouvelle personne, et d’autre part, en plus d’avoir un outil opérationnel pour son processus d’évaluation et de recrutement, elle a légitimé sa position de dirigeante. »

Sandrine ALMERAS, dirigeante, diplômée de l’ESSEC et possédant 15 ans d’expérience dans des groupes internationaux, crée en 2017 MYhumanPARTNER. Positionnée en véritable « business partner », passionnée par les relations humaines et en accord avec ses valeurs d’écoute et de respect, Sandrine ALMERAS accompagne les TPE et PME dans leurs projets RH, dans le recrutement de leurs talents, dans la formation des managers et des équipes RH et le coaching individuel et d’équipe.





Bookmark and Share

Posts les plus consultés de ce blog

La gestion des absences et des congés en entreprise

En cette période estivale, les départs en vacances se multiplient. 43% des français sont partis ou vont partir en vacances cet été pour une durée de deux semaines.
Comment les entreprises font-elles donc face à cette période qui, dans la plupart du temps, est compliquée à organiser ?
La clé pour une bonne gestion des congés est « anticipation ».
Afin d’éviter les postes vacants durant l’été, les entreprises demandent à leurs salariés de les prévenir aux alentours d’avril, afin qu’elles puissent commencer à s’organiser. En effet, l’objectif des sociétés est de minimiser le plus possible l’impact des vacances sur les clients. C’est donc au manager et aux RH de valider ou non la demande de congés de l’employé.
Sans une gestion réfléchie et adaptée de cette période et sans « préavis » de la part des salariés, l’entreprise ne pourrait plus assurer tous les postes et devrait donc faire appel à des CDD et intérimaires, plus ou moins qualifiés mais surtout non formés par leurs homologues.

Vo…

La parité homme/femme : problématique pour les RH

La parité homme/femme et les RH

L’inégalité homme / femme au travail est un sujet qui fait fréquemment débat depuis les années 50. Un débat qui fait également le quotidien dans les services des ressources humaines, où, rappelons-le au passage, 63% des professionnels RH sont des femmes ! (lire l'article)
L’une des missions des RH est de mesurer et d’analyser la parité homme et femme dans leurs entreprises. Leurs objectifs : être en règle avec la législation, lutter contre la discrimination et assurer un bon climat. Les inégalités salariales entre les sexes reculent, mais sont toujours fortement présentes. Est-ce encore normal et justifié ?
Les entreprises sont appelées à réagir.

RH : quelles sont les actions à mener pour favoriser la parité homme/femme dans votre société ?
Sensibiliser les collaborateurs à l’égalité hommes-femmes Pour lutter contre les stéréotypes dans les entreprises et favoriser le climat social :
Communiquer : l’information est indispensable pour faire évoluer les me…

GPEC - Fidélisation des collaborateurs

Alors que le marché de l’emploi semble repartir, fidéliser ses salariés est devenu un enjeu stratégique. En effet, un taux de turn-over de plus de 10% traduit généralement une détérioration des conditions de travail. Le coût élevé d’un recrutement et de l’intégration d’un salarié entraîne, de la part des DRH, une volonté de garder ses employés.
Mais quels moyens les entreprises mettent-elles en œuvre pour fidéliser leurs collaborateurs ? Ces moyens correspondent-ils aux attentes des salariés ?
Robert Half Finance & Comptabilité a interrogé 3 052 DRH et Directeurs Financiers dans 13 pays.

Les réponses actuelles des entreprises pour fidéliser Du point de vue des entreprises, la fidélisation passe d’abord par :
Des horaires flexibles (34 %) : pratique particulièrement forte en Suisse (47%), Autriche (44%), Irlande (43%) ainsi qu’en Allemagne et au Luxembourg (42%)Plus de formations (26 %) : notamment au Luxembourg (37%), en Allemagne et en Autriche (31%) et en Suisse (30%)Des progr…